Le projet OUVRIR

« Heureusement que j’ai pu être auprès d’elle tout le temps, enfin… autant que je le souhaitais. C’est la seule chose que je pouvais faire pour elle… être là, à ses côtés, pour la rassurer, pour qu’elle ne soit pas seule. C’était nécessaire pour moi et pour elle aussi je crois ».

 

En réanimation, les proches ne sont plus de simples visiteurs : ils jouent un rôle actif à la fois au chevet du patient mais également aux côtés de l’équipe avec lesquels ils développent un vrai partenariat pour le bénéfice du patient.

 

L’hospitalisation d’une personne en réanimation est une expérience souvent traumatisante pour les proches : soudainement immergés dans un « autre monde », où ils manquent cruellement de repères, ils oscillent entre peur et espoir mais aussi entre vulnérabilité extrême et volonté de contrôle, ils cherchent à donner un sens à ce nouvel environnement et à y trouver une place. Pourtant, souvent, ils n’en ont pas immédiatement la capacité et attendent des équipes médicales et paramédicales une aide adaptée à leur état. Ceci surtout dans les premiers jours qui suivent l’admission en réanimation.

 

Pendant le séjour du patient en réanimation, les proches présentent des symptômes d’anxiété, de dépression et de stress importants. Une source de stress majeure est de ne pas être auprès de leur bien-aimé autant qu’ils le souhaitent, de se sentir dépossédés de toute marge d’action possible.

 

Dans le respect de leur bien-être et de leur droit, le patient et ses proches doivent pouvoir être auprès l’un de l’autre autant qu’ils le souhaitent grâce à l’ouverture 24h/24 des services de réanimation.

 

Les soignants ont longtemps résisté à l’ouverture des services. Ils craignaient une interférence dans la prise en charge du patient, l’organisation des soins, l’intimité et la cohésion de l’équipe, l’augmentation du risque infectieux, et l’augmentation du stress et de la fatigue du patient et de ses proches. Cependant, aucune étude ne vient soutenir ces hypothèses.

 

Au contraire, la littérature met en avant qu’une politique de visite flexible diminue l’anxiété, la confusion et l’agitation du patient. De même, elle lui procure un sentiment de sécurité, réduit les complications cardiovasculaires et diminue la durée de son séjour en réanimation. Enfin, l’ouverture du service améliore la qualité et la sécurité des soins et augmente la satisfaction du patient.

 

Pour les proches du patient, la littérature montre que l’ouverture 24h/24 des services de réanimation augmente la satisfaction, diminue l’anxiété, améliore la qualité de la communication et participe à l’amélioration de la compréhension de la situation du patient. Cette politique offre également aux proches davantage d’opportunités de participation aux soins. De plus, elle n’altère pas le vécu des équipes soignantes si tant est que l’information apportée aux familles est bien organisée et coordonnée.

 

Contrairement aux a priori, l’ouverture des services n’est pas associée à une prolongation de la durée des visites.

 

OUVRIR les services de réanimation est bénéfique pour les patients et leurs proches. La culture des services change : les équipes doivent être préparées à la libéralisation des visites afin que l’ouverture devienne un projet à la fois souhaité par tous et mis en place par tous.

 

L’adhésion des équipes est au cœur de la réussite de l’ouverture 24h/24.